Est-ce que ça vous est déjà arrivé de passer du temps avec une amie, d’être dans un état pas trop «hop la vie» et de vous en excuser? De dire «je suis désolée, je ne suis pas en forme aujourd’hui»? De retenir des larmes pour ne pas l’embêter avec ça? De vous montrer plus de bonne humeur que vous ne l’êtes réellement? De parfois souhaiter que les autres ne puissent pas voir ce que vous vivez?

Si vous lisez ceci, j’émets la supposition que vous êtes quelqu’un qui est déjà en contact avec ses émotions. Vous ne prenez peut-être pas toujours le temps de vous y connecter, mais je sais que vous y avez accès… surtout lorsque vous êtes seule et que personne n’est là pour vous regarder. Après tout, vous êtes capable de vous occuper de vous-mêmes et vous n’avez pas à décharger ce que vous vivez sur les autres (dit votre tête).

On nous a appris à se cacher pour vivre nos émotions négatives et à revenir au monde lorsqu’elles sont passées. Si vous avez été chanceuses, vous avez eu des parents et des adultes dans votre entourage qui ont pris le temps de vous accueillir lorsqu’une émotion montait. Par cela, je veux dire des gens qui sont restés là lorsque vous étiez tristes, qui ont ouvert leur coeur, qui ont ressenti votre peine et qui vous ont fait savoir que vous étiez ressenti. Sinon, comme la majorité, vous avez été élevées dans un monde où on vous a dit d’aller exprimer votre colère dans un coin et de revenir lorsque ça serait terminé. De mon côté, même si j’ai eu des parents sensibles et présents, je ne peux pas dire que ce fut le cas des autres adultes avec qui j’ai passé la majorité de mon enfance (gardiennes, éducateurs, enseignants, etc.)

Difficile de faire autrement que d’avoir du mal à honorer notre ressenti plus «négatif» et surtout à l’exprimer devant les autres. Savez-vous que nous nous privons de quelque chose d’incroyable en faisant cela? Pouvez-vous imaginer la puissance que ça a d’oser se révéler complètement aux autres même dans des moments de faiblesse? Nous avons tous une soif d’être vus et ressentis, même si vous n’en avez peut-être pas conscience. Nous avons enfouis ces besoins parce qu’on nous a appris que ce n’est pas correct de vouloir cela. Ce n’est pas bien de vouloir de l’attention.

Nous avons besoin d’être vus aussi lorsque nous sommes tristes, en colère, découragés, dégoûtés, rejetés. Nous avons besoin de personnes avec qui nous nous sentons assez en confiance pour nous montrer lorsque nous sommes confus, perdus, en pleurs, enragés, déséquilibrés. Des gens avec qui nous nous sentons ressentis. Cela nous rend plus fort pour les moments où nous nous retrouvons seuls. Cela nous permet de savoir que nous sommes aimables peu importe ce que nous ressentons et que nous n’avons pas besoin d’être autrement.

Il n’est pas seulement important d’être témoin de ce que nous vivons, il y a un pouvoir inestimable à laisser les autres en être témoin. Nous avons besoin des autres pour avoir accès à tout ce que nous sommes.

Si vous rêvez d’un lieu où vous vous sentez accueillie, en sécurité, libre d’exprimer qui vous êtes sans être jugée et où vous développez des connexions profondes et sincères, je vous invite à la deuxième édition de l’atelier Ensemble qui aura lieu le 5 mai prochain. Vous trouverez tous les détails sur Facebook.

Au plaisir de vous y rencontrer!

Mélissa xox

(Lire plus)