L’histoire d’une entrepreneure naïve qui a changé des couches en CPE

J’ai organisé la tournée des blogues Créez l’emploi de vos rêves pour inspirer les femmes à réaliser leur rêve d’avoir une entreprise et leur montrer que c’est tout à fait possible de réussir si on se donne les ressources nécessaires pour le faire. Que vous ne sachiez pas par où commencer ou que vous soyez déjà entrepreneure, je suis certaine que vous trouverez des réponses à vos questions durant les prochains 10 jours.

Je pars le bal en vous racontant comment j’ai d’abord été une entrepreneure naïve qui s’est lancée dans le vide avec beaucoup de passion, mais sans les connaissances nécessaires pour faire fonctionner une entreprise dans le domaine du mieux-être. J’ai fait beaucoup d’erreurs, mais j’ai toujours cru en mon rêve, j’ai persisté et mes services ont maintenant du succès. Voici mon histoire:

 

Ma première entreprise – ou comment être une entrepreneure naïve et finalement devoir changer des couches en CPE.

J’ai créé l’emploi de mes rêves pour la première fois en 2010. J’en avais assez du 9 à 5 pour plusieurs raisons. Je savais à l’intérieur de moi que je m’épanouirais beaucoup plus si je démarrais mon propre projet.

J’ai d’abord lancé mes services comme massothérapeute et naturopathe en sentant que ce n’était pas exactement ce que je voulais faire de ma vie, mais je me

masso-e1421068762171suis dit que ce serait le premier pas.

J’ai quitté mon emploi sans rien devant moi, à part l’argent de la vente d’un condo. J’étais vraiment déterminée à réussir et à ne jamais retourner sur le marché du travail. Cartes d’affaire en main, page Facebook de créée, blogue en ligne, intentions lancées à l’Univers, je me dis que je n’ai pas de raisons d’échouer.

J’ai frappé mon premier mur. J’avais quelques clientes, mais pas assez pour en vivre et me sentir en sécurité financièrement. Mes économies commençaient à s’envoler à vue d’oeil malgré les actions que je posais pour trouver des clientes. J’ai toujours attiré facilement les opportunités dans la vie, mais là je ne voyais vraiment pas ce qui se passait et pourquoi ça ne fonctionnait pas plus que ça.

En tant qu’adepte du développement personnel que je suis, j’ai commencé à me répéter des phrases comme «Tout arrivera au bon moment», «La Vie sait ce que tu veux et va te l’envoyer», «Sois alignée et tout viendra à toi.». Vous allez peut-être rire – ou vous reconnaître – mais c’est vraiment ce que je me disais et entre vous et moi, c’est de la bull… Ne vous détrompez pas, je suis encore spirituelle, mais j’ai appris à faire la part des choses.

Je sais maintenant aujourd’hui qu’être entrepreneure est un deuxième métier qui s’apprend, qui ne se maîtrise pas du jour au lendemain et qu’il faut aller chercher les ressources pour s’éviter essais, erreurs et possiblement échecs.

Avant que je le comprenne, j’ai dû me trouver un emploi à temps partiel comme remplaçante en CPE pour respirer un peu.

J’ai aussi réalisé que la massothérapie n’était pas ce qui me passionnait le plus. Depuis les débuts, j’avais une autre idée derrière la tête que j’essayais de faire taire, mais elle voulait se faire entendre de plus en plus fort.

Quelques années plus tôt, j’avais découvert Gabrielle Bernstein alors qu’elle en était à ses débuts. Le déclic s’était fait : je voulais être une enseignante spirituelle qui trippe autant sur les talons hauts et le vin que sur les cartes de l’oracle.

Ça s’apprend où ça? Bonne question. On fait comment pour vivre de ça? Autre bonne question. Gabby B m’avait dit par courriel qu’elle avait fait une formation comme coach et ça me trottait dans la tête depuis, surtout que je suivais de plus en plus le mouvement des jeunes coaches aux États-Unis.

 

Ma deuxième entreprise – ou comment réaliser que je ne pourrais pas y arriver seule et finalement avoir des revenus de 10 000$ par mois.

Déterminée à trouver ma voie, j’ai pris le risque de m’inscrire à une formation de coaching aux États-Unis que j’ai vu passer en ligne.
En attendant, j’ai commencé à offrir des cours de méditation pour me rapprocher un peu plus de ce que je voulais faire. Ça fonctionnait, mais encore une fois je ne voyais pas comment j’allais réussir à m’acheter une maison un jour.

Je regardais tous ces jeunes coaches aux États-Unis qui réussissaient en ligne et je me disais que si c’était possible pour eux, ce l’était aussi pour moi. J’ai commencé à m’intéresser de plus en plus à découvrir comment faire.

J’ai dépensé des milliers de dollars en cours en ligne pour apprendre à créer mon entreprise. J’étais convaincue que je pourrais moi aussi travailler de mon laptop en direct d’une plage d’Hawaii et comme je suis un peu geek, je me disais que ce ne serait pas trop compliqué.

J’ai passé beaucoup de temps à mettre mes services en place et à vouloir apprendre toutes les étapes avant de les mettre en action, mais pendant ce temps là j’offrais timidement mes services. Les gens étaient vraiment intéressés lorsque je leur parlais du coaching, mais je n’arrivais pas à leur communiquer comment ça pourrait les aider. En plus, l’idée de me vendre restait difficile et je préférais y aller avec l’approche «suivre le flot de la vie». Résultat: j’avais toujours peu de clientes.

J’avais acquis beaucoup d’outils et de connaissances avec les programmes en ligne, j’en savais plus que beaucoup de gens de mon industrie, mais j’avais tout de même de la difficulté à mettre tous les morceaux du casse-tête ensemble et à avoir des résultats.

Pourquoi? Parce que je ne me faisais pas assez confiance, que je réfléchissais trop et que je ne faisais pas les bonnes actions. Et c’est normal. Comme tout nouvel apprentissage, on a besoin de feedbacks et d’encouragements pour avancer rapidement et être certaine d’aller dans la bonne direction.

Deux ans après avoir fait ma formation de coach, écoeurée de changer des couches en CPE et de stagner dans mon entreprise, j’ai engagé ma première «business coach». Et c’est là où tout a changé.

  • En quelques jours j’ai rempli toutes mes places de coaching.
  • En 6 semaines, j’ai fait 14k$ de ventes en travaillant 2-3 jours semaine sur mon entreprise.
  • J’ai réussi à mettre de l’argent de côté.
  • J’ai diminué mes heures en CPE et j’ai finalement quitté mon emploi pour vivre uniquement de mon entreprise.
  • En décembre dernier, j’ai réalisé mon rêve de voyager tout en travaillant de mon laptop. Malgré mes déplacements et le temps des fêtes, j’ai tout de même eu des revenus de 10 000$. Moi devant une des 7 merveilles du monde :

10846005_10152862463780428_6968667964251352112_n-e1421068642558

J’aide maintenant les femmes à créer l’emploi de leurs rêves et à avoir du succès. Pour moi, ce n’est pas très loin de la vision que j’avais eue. J’ai la robe à paillettes et mon approche avec mes clientes est à la fois terre-à-terre et spirituelle.

Si je retiens une chose de mon parcours, c’est que j’aurais dû écouter bien avant mon intuition d’avoir une coach pour me soutenir en affaires malgré ma peur de m’endetter. Au final, c’est la meilleure décision que j’ai prise autant pour mon entreprise que pour ma vie personnelle qui a elle aussi fait un 360 degrés.

 

Ce que j’ai envie que vous sachiez…

  1. Si vous sentez que vous avez quelque chose à apporter au monde, c’est que c’est vrai. Vous devez vous empresser de le partager, pour votre propre épanouissement et celui de notre monde.
  2. Je ne crois pas que vous puissiez le faire dans un emploi 9 à 5.
  3. Créer l’emploi de ses rêves et avoir du succès est tout à fait possible si on se donne les ressources pour le faire.
  4. La clarté et la confiance viennent en passant à l’action.
  5. Vous devez apprendre à faire du marketing et à vous vendre pour réussir (ce qui n’empêche pas de rester authentique).
  6. Vous devrez continuellement investir dans votre développement.
  7. Vous devrez probablement vous endetter, vous n’êtes pas irresponsable pour autant et vous n’en mourrez pas non plus.
  8. Vous avez tout pour devenir une leader inspirante.
  9. Plus vous faites face à tout ce que vous ne voulez pas voir de vous, plus vous attirez le succès.
  10. Vous ne pouvez pas y arriver seule.

Ne manquez pas les autres articles de la tournée des blogues en vous inscrivant ici. Demain, ce sera au tour de Marie-eve Bertrand de vous partager son expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *