J’ai vu sur les réseaux sociaux que plusieurs d’entre vous êtes à l’heure des bilans.

Pour certaines, vous êtes fière puisque votre entreprise a continué de grandir cette année, et elle a gagné en profits et en solidité.

Pour d’autres, les réalisations sont plus décourageantes. Les revenus sont restés les mêmes malgré toutes vos heures de travail et l’énergie que vous avez mis dans votre entreprise.

Et je sais ce que c’est…

Quand je me suis lancée en affaires la première fois comme massothérapeute, j’ai passé plusieurs Noël à constater que mon entreprise (et ma vie) étaient exactement au même point que l’année précédente.

Malgré mes bonnes intentions. Malgré ma motivation. Malgré mes actions.

En fait, c’est ce que je croyais…

Il y a quelques jours, après mon atelier virtuel pour 2017, une participante m’a dit :

«Ça m’a fait réaliser que je m’étais trouvé de bien bonnes excuses pour ne pas accéder à mon plein pouvoir financier.»

Et c’est cette même réalisation qui m’a fait complètement changer mon approche il y a quelques années.

J’étais à 100% responsable de mes résultats et j’ai décidé que j’allais atteindre mes objectifs coûte que coûte.

  • Dans beaucoup de cas, ça veut dire d’aller chercher du coaching et de nouvelles connaissances pour atteindre notre prochain niveau de succès.
  • Dans certains cas, ça peut vouloir dire de travailler plus fort et de mettre les bouchées doubles.
  • Dans d’autres cas, ça veut dire d’être plus stratégique dans nos actions et de sortir de notre zone de confort big time.
  • Ça peut aussi vouloir dire d’identifier pourquoi on n’arrive pas à attirer ce qu’on désire. (Votre entreprise n’est que le reflet de vos croyances.)

Dans mon cas, j’ai fait tout ça. Et je le fais encore continuellement. C’est ce qui fait que je récolte les fruits de mes efforts.

Je ne dis pas ça pour que vous vous sentiez coupable. Au contraire.

Parce que quand vous vous sentez coupable, ou découragée, ou impuissante, vous perdez votre pouvoir.

Ne vous en faites pas, on se sent toutes un peu victime à un certain degré ou à un certain moment.

Mais ce n’est pas à partir de là qu’on peut changer la situation de notre entreprise.

Ce n’est pas votre entreprise qui va changer votre situation. C’est vous qui devez changer la situation de votre entreprise.

Et vous devez prendre les moyens pour y arriver.

J’ai passé les 6 dernières années (bientôt 7) à apprendre tout ce que je peux pour bâtir une entreprise solide auprès des meilleurs mentors de l’industrie. Malgré le fait que j’avais peu de moyens.

Quand je vous entends me dire que vous avez pris un petit coaching par-ci et une petite formation par-là, ce n’est pas étonnant que votre entreprise n’est pas rendue plus loin.

Désolée d’être aussi directe, mais je pense que si personne ne dit la vérité, la réalité des entrepreneures ne pourra pas évoluer.

Alors, si votre bilan n’est pas aussi enthousiasmant que vous l’auriez aimé, résistez à la tentation de faire un petit drame et regardez votre part de responsabilité.

Imaginez-vous de quelle façon une femme d’affaires aborderait un bilan plus ou moins positif…

Elle regarderait ses papiers calmement, avec une bonne distance émotive. Elle utiliserait ses capacités d’analyse et d’évaluation.

Elle irait prendre une marche s’il le faut pour reprendre ses esprits. 

Elle ferait ensuite un plan d’action avec une liste de solutions. Tout aussi calmement, parce qu’elle sait que ça ne sert à rien de paniquer.

Si elle n’a pas les solutions ou que ce qu’elle a essayé jusqu’ici ne fonctionne pas, elle ferait appel à des consultants.

Et puis, elle rencontrerait ses employés (dans votre cas vous-mêmes) pour leur présenter le plan avec aplomb, fermeté et assurance.

Elle pleurerait peut-être une fois rendue à la maison, mais sa confiance en elle et sa foi en la vie la ramèneraient d’aplomb.

Enfin, c’est comme ça que je l’imagine.

La prochaine fois que vous faites un bilan, demandez-vous ceci : «Si j’étais une femme d’affaires, comment est-ce que je réagirais et quelles actions est-ce que je prendrais?»