Depuis plus d’un mois, je travaille 6 jours par semaine, parfois 7 jours comme le weekend dernier. Peut-être même depuis deux ou trois mois, j’ai perdu le fil.

Oui, moi la coach qui mentionne souvent que je ne travaille pas plus que 35 heures en période régulière.

Hé bien justement, ce n’est pas une période régulière en ce moment. Je sentais qu’il était temps de mettre en place de nouveaux systèmes qui me donneront plus de liberté dans les prochains mois et les prochaines années. Je dois aussi mettre à jour le matériel de l’Académie des Entrepreneures à Succès (plus de 100 heures de travail jusqu’ici et ce n’est pas terminé), en plus des activités régulières de mon entreprise.

Je vais être honnête : ce n’est pas facile. J’ai été amenée à dépasser beaucoup de croyances quant à mes capacités physiques, mentales, émotionnelles et même créatives.

J’ai remis en question ma façon de faire et l’exemple que je suis. J’ai douté que j’étais en cohérence avec mes valeurs et ma grande vision. J’ai ressenti de la frustration.

Je me suis demandée si ça pouvait se passer autrement en terme d’heures de travail — et non.

J’ai même questionné mes guides et la réponse était claire : je dois garder le momentum et compléter cette étape maintenant. Même si c’est demandant, c’est le chemin pour moi en ce moment.

Alors j’ai fait le choix d’accepter la situation. Accepter que ça continuerait comme ça pour encore quelques semaines et arrêter de m’en faire. Arrêter d’entretenir l’idée que c’est négatif, que de travailler autant n’est pas sain, que c’est un mauvais exemple pour mes clientes et que ça devrait se passer autrement.

Ce que les dernières années m’ont fait réaliser est que le chemin pour se rendre où on veut être avec notre entreprise ne ressemble pas toujours à la destination finale.

Il faut souvent faire des compromis pour finalement avoir plus de liberté. Il faut souvent fournir beaucoup d’efforts pour arriver à diminuer ses heures de travail. Il faut souvent dépenser pas mal d’argent pour arriver à augmenter ses revenus.

Il devrait aussi y avoir des améliorations satisfaisantes.

Dans les derniers mois, mon travail comme coach, leader et entrepreneure a atteint un nouveau niveau d’excellence et je peux le ressentir.

Le nombre d’entrepreneures auprès de qui je fais une différence augmente de jour en jour.

Les services clés de mon entreprise sont vraiment alignés avec mes forces, la différence que je veux faire et la façon de travailler qui me plaît.

Le matériel de l’Académie est d’une qualité exceptionnelle et je suis une meilleure coach aujourd’hui.

J’ai des systèmes en place qui me permettent d’avoir à mettre moins d’énergie et de temps sur du marketing pour créer plus de revenus, et j’ai une super équipe pour me soutenir.

Les revenus de mon entreprise (et les miens) sont stables et continuent de grandir.

Je fais un voyage à tous les 3 mois et c’est exactement ce dont je rêvais quand je suis devenue entrepreneure.

Et somme toute, le chemin a été plus facile que l’année dernière.

Est-ce que je suis fatiguée en ce moment? Oui, mais je suis aussi extrêmement fière.

Voici ce que je veux que vous reteniez : la prochaine fois que vous aurez envie de changer de chemin parce que l’expérience n’est pas comme la destination finale (et semble même être le contraire), demandez-vous si vous faites vraiment la bonne conclusion. Il se peut très bien que ce soit exactement le chemin par lequel vous devez passer pour vous rendre là où vous voulez.

Par contre, si vous passez plusieurs semaines ou plusieurs mois sans voir d’améliorations satisfaisantes dans votre entreprise, c’est le temps de vous questionner et d’aller chercher des solutions.