Ce matin, j’ai pensé à toutes ces femmes que je rencontre qui se sentent submergées, parce qu’elles n’avaient pas réalisé tout ce que ça prend pour que leurs services, qu’un atelier, qu’un programme en ligne, qu’une conférence ou qu’un webinaire aient du succès.

Toutes ces femmes qui sont prêtes beaucoup trop rapidement à tout abandonner.

J’ai aussi pensé à tous les efforts que j’ai mis pour en arriver ici.

Avant de commencer à avoir des résultats avec mes services, j’ai passé plus de deux ans à écouter à presque tous les jours des formations en ligne (payantes) pour devenir une meilleure entrepreneure et à faire le travail: écrire des articles de blogue, composer des courriels pour solliciter des clientes potentielles, créer mon site web, etc.

Comme j’étais éducatrice en CPE, j’en profitais pendant que les enfants faisaient la sieste, en plus de mes pauses, pour apprendre et avancer tout ce que je pouvais. C’est sans compter certains soirs et presque tous les weekends où je faisais la même chose.

Et là, je ne veux pas entendre que j’étais chanceuse parce que mon travail me permettait ça, que je n’ai pas d’enfants et autres obligations, et bla bla bla.

Travailler en CPE est extrêmement exigeant. Tout autant que d’avoir une vie de famille en plus d’un emploi de haute direction (il faut l’essayer pour le croire). J’étais fatiguée, parfois exténuée, mais mon désir de réussir et surtout de partager mon message étaient plus fort que tout.

Ensuite, j’ai investi pour du coaching et j’ai donné un gros boom de travail pour être capable de quitter mon emploi.

En plus de toutes ces heures de cheminement personnel que j’ai eu à faire (dans des situations réelles, et non dans des livres).

Et ça ce sont tous les efforts que j’ai dû faire pour en arriver à atteindre des revenus… de 5000$ par mois.

Si je l’avais fait sans être accompagnée, ça m’aurait probablement pris 15 ans pour en arriver là parce que j’aurais fait beaucoup d’erreurs. Mais moi dans 15 ans (et pas mal avant), je veux pouvoir soutenir ma famille sans passer en dernier et sans dépendre d’un conjoint (la codépendance financière, non merci).

Vous pouvez vous imaginer que d’atteindre des revenus de plus de 10 000$ par mois m’a demandé tout autant d’efforts.

Pour n’importe quel niveau de revenu, quand c’est atteint une, deux ou trois fois, ça devient plus facile. Mais pour s’y rendre la première fois, même pour atteindre des revenus de base ou des revenus moyens, c’est beaucoup de sueur (et parfois de larmes). 

Si vous voulez me dire que pour vous ce sera différent, qu’il y a une autre façon de faire, je suis prête à écouter votre histoire une fois que vous y serez arrivée.

C’est seulement depuis quelques mois que j’ai réduit le nombre d’heures de travail. Il y a encore quelques périodes où je dois me coucher tard et travailler le dimanche. Au lieu d’écouter la télévision, je continue de suivre des formations. Je n’ai pas de coach régulière en ce moment, mais dès que je suis bloquée, je n’attends pas plus de deux ou trois semaines avant d’aller chercher du soutien autant au niveau personnel que professionnel (j’ai appris ça des gens qui ont du succès).

Vous n’êtes pas obligée de vouloir atteindre la même chose que moi en matière de réalisations, de revenus, de style d’entreprise, etc.

Le point est seulement de vous faire réaliser que peu importe la vision que vous avez, vous allez peut-être devoir mettre beaucoup plus d’efforts que vous vous étiez imaginée pour y arriver.