Vous connaissez toutes la citation de Gandhi qui dit «Soyez le changement que vous voulez voir en ce monde.» Pour moi, les mots de ce grand sage veulent aussi signifier de créer le changement que vous souhaitez voir dans votre vie.

Ma formation en coaching m’a fait découvrir une chose pour laquelle j’étais affamée depuis de nombreuses années, sans trop vraiment savoir: une communauté. J’ai goûté à ce que c’est que de connecter profondément avec des gens qui me ressemblent et d’avoir un endroit où je me sens à la maison. Pas seulement me sentir confortable, mais l’impression de revenir d’où je viens. J’ai développé des relations plus profondes et authentiques en quelques mois qu’avec certains amis que je connais depuis de nombreuses années. J’ai expérimenté ce que c’est que de connecter réellement avec un autre être humain. Depuis, toutes les cellules de mon corps rêve d’un monde où nous n’aurions plus peur l’un de l’autre et où nous oserions entrer en relation. Un monde où un étranger dans le métro accepterait de me prêter son épaule un matin où je ne me sens pas bien.

Après avoir connu ça pendant une année, en personne et aussi grâce à la magie de Skype, j’avais envie de créer ça dans ma vie à Montréal. D’abord, mon mental a inventé toutes sortes d’excuses pour m’empêcher de recevoir ce que je voulais vraiment. Croyez-moi, nous développons une tonne de stratégies dans le but de se protéger pour les fois où nous avons été blessé après avoir ouvert notre coeur. Bref, je me disais que ça ne serait pas possible à Montréal, que je devrais peut-être déménager dans une autre ville et même un autre pays où les gens seraient plus ouverts, que c’est difficile de se faire de nouveaux amis, etc.

En revenant de mon examen de coaching en janvier dernier, le moment était venu. Je suis allée dans des événements qui m’interpellaient et j’avais le coeur tellement grand ouvert que j’ai fait des nouvelles rencontres. Peu importe la ville, ça n’aurait rien changé, c’était moi qui devais créer ce que je voulais voir apparaître dans ma vie. C’est  parce que j’ai fait des petits pas pendant un an et que je me suis pratiquée à m’ouvrir à des étrangers dans un environnement où je me sentais en sécurité que les choses se sont faites d’elle-même. Il n’y a pas une action en particulier que j’ai posé pour que ça se concrétise. Souvent, nous attendons de trouver LA chose qui fera tout débloquer. C’est plutôt ce que j’ai fait à chaque jour durant plusieurs mois pour m’aligner doucement avec ce que mon coeur voulait.

PETITS PAS + SÉCURITÉ = CONCRÉTISATION

La formule magique pour tous les rêves que vous voulez réaliser ou tous les changements que vous voulez apporter.

Par sécurité, je ne veux pas dire confort. Dépasser ses limites, ses croyances et ses peurs est rarement confortable. Être en sécurité, c’est avoir les ressources nécessaires autour de soi pour être capable de relaxer. C’est marcher sur une corde en ayant un filet en dessous pour nous attraper s’il y arrive quelque chose. Chaque personne bâti son sentiment de sécurité à sa façon. Pour moi, c’était ma communauté de coaching qui était là pour me supporter. Tant que vous n’êtes pas dans un état de relaxation et d’abandon, vous ne pouvez pas recevoir ce que vous désirez. C’est comme si quelqu’un essayait de vous serrer dans ses bras et que vous êtes crispée. Vous ne recevrez pas l’affection. Même chose avec la Vie.

Dimanche dernier, j’ai réalisé un pas de plus dans la direction de mon rêve, soit de créer au Québec une communauté où nous connectons de façon authentique et profonde, où nous sommes une source d’inspiration les uns pour les autres et où nous pouvons célébrer qui nous sommes, peu importe si ça brasse dans nos vies. Un groupe qui sert de filet lorsqu’on veut prendre une direction  qui nous demande de dépasser sa zone de confort. Lors d’un atelier intitulé «Ensemble», huit âmes courageuses ont été les pionnières de cette nouvelle aventure. Je dis «elles», mais il y avait aussi trois hommes inspirants. Je suis fascinée par le potentiel des femmes, mais je suis aussi émue par la force des hommes qui ouvrent leur coeur et j’ai de plus en plus envie de créer des services qui leur sont destinés.

Voici ce que les participants m’ont confié:

«J’ai aimé être dans un espace de vulnérabilité et d’ouverture. Pouvoir partager avec les autres dans un espace sécuritaire où je peux me déposer. J’aime l’esprit de communauté que cela peut générer.»

«Tu as réussi à faire tomber mes barrières et mon jugement, à m’ouvrir aux autres.»

«J’ai aimé me retrouver dans un groupe de gens ouverts, sans jugements, et me permettre d’être moi-même.»

«Tu as un talent naturel pour nous faire sentir confortables et nous guider doucement vers notre coeur.»

Si vous voulez recevoir les détails du prochain atelier qui aura lieu le 5 mai 2013, contactez-moi par courriel à info@melissamayer.ca

(Lire plus)